Mon chien, Dieu et les Pokétrucs

Myren Duval
2018
D983m

Puisque la mère de Pauline travaille pour une association humanitaire, sa famille décide d’accueillir quatre réfugiés syriens, Ahmed et Farah ainsi que leurs filles Syrine et Zein. La dernière ayant 8 ans, tout comme Pauline, elle installe son lit dans sa chambre, ce qui l’oblige à déplacer ses Pokétrucs, ses jouets qu’elle avait l’habitude de laisser traîner un peu partout. Si la fillette française trouve cela injuste de tout partager seulement parce que c’est la guerre dans le pays de Zein, elle doit aussi supporter l’étrangère à l’école et s’efforcer de lui apprendre des choses que la nouvelle venue assimile plutôt lentement. Mais avec les semaines qui passent, elle en vient à mieux apprécier sa colocataire et à mieux comprendre sa situation. [SDM]

Critique : Un roman d’une soixantaine de pages découpé en très brefs chapitres, qui sont racontés comme des épisodes du quotidien de la narratrice, quotidien qui est toutefois chamboulé par l’arrivée d’une famille étrangère chez elle. La question de la guerre, de la géopolitique, de la religion, de la différence et surtout du partage sont toutes abordées avec doigté grâce à la candeur de la jeune héroïne qui, d’immature et fermée d’esprit, devient de plus en plus tolérante, sans toutefois perdre son goût pour les bêtises! Contexte français. [SDM]